Echange franco-allemand

1 | par Birgit O’DOWD

Notre voyage en Allemagne

L’échange franco-allemand à Waldkraiburg, en Bavière, s’est déroulé du jeudi 8 octobre au vendredi 16 octobre.


le groupe à Munich - photo C.K.

Le séjour commençait sur une mauvaise base car le train que le groupe devait prendre n’était pas à quai. En effet, on apprend quelques minutes après notre arrivée sur la voie 1 de la gare de Metz-Ville qu’une grève a lieu et que notre train a été supprimé. On devait partir à 5h50 de la gare, et le prochain train pour notre premier arrêt était à 7h50. Nous avons, heureusement, eu un train pour Strasbourg plus tôt à 6h37, et cela aux frais de la SNCF. Par ailleurs, le groupe a voyagé dans 4 trains différents :
- 1 TER (Metz-Ville à destination de Strasbourg)
- 1 TGV (Strasbourg à destination de Stuttgart)
- 1 ICE, l’équivalent du TGV en Allemagne (Stuttgart à destination de Munich)
- 1 DB Regio, l’équivalent du TER en Allemagne (Munich à destination d’Ampfing)
C’est à la petite gare de la commune d’Ampfing que nous avons rencontré nos correspondant(e)s et que nous nous sommes séparés.

Vendredi a été non seulement notre première journée en Bavière mais aussi notre premier jour de cours, ou plutôt notre première matinée de cours, au Gymnasium Waldkraiburg (le Gymnasium est l’équivalent allemand du collège et du lycée français). A 8h00, le proviseur de l’établissement nous a souhaité la bienvenue dans le lycée et nous l’a présenté. Peu après, nous sommes partis pour la mairie de la ville ou le nouveau maire de la ville, le cinquième depuis la création de la commune (commune assez récente puisqu’elle date de 1950), a présenté la ville.
Nous sommes ensuite retournés au lycée pour la pause. On a bénéficié d’une pause de trente minutes pour parler de nos familles, discuter avec nos correspondant(e)s. Nous sommes ensuite allés en cours à 10h45 jusqu’à 12h15 ou 13h00 selon les classes dans lesquelles nous avons été répartis.

Le week-end a été l’occasion de faire de plus amples connaissances avec la famille, de rencontrer le (la) correspondant(e) des amis ou des amis de son (sa) correspondant(e), de sortir, de visiter la Bavière, Munich connu pour le parc olympique (les Jeux de Munich en 1972 connu suite à l’attentat dans le village, tuant 11 personnes) ou l’antre du Bayern Munich : l’Allianz Arena, etc...

le groupe dans les Alpes - photo C.K.

Lundi a eu lieu notre deuxième sortie, cette fois-ci avec les Allemand(e)s. On est parti en bus dans les Alpes faire une randonnée. On est montés à plus de 1100 mètres pour observer un magnifique paysage avec, en arrière-plan, une mer de nuages, un ciel bleu. Nous avons pris ensuite le bateau pour visiter un château construit par Louis II de Bavière, le Herrenchiemsee (considéré comme un « temple à la gloire » du Roi-Soleil).

Pause repas sous le soleil - photo C.K.

Deuxième matinée de cours mardi avec la première séance sur le projet mettant en scène des proverbes comme « Das ist mein Bier » que les spectateurs devront trouver et dire le proverbe français (dans notre cas, ce proverbe en français est « Ce ne sont pas tes oignons ») ainsi que la mise en scène d’une poésie (« Le Cancre » de Jacques Prévert).

Elias-Noé et Nicolas lors de la représentation du "Cancre" - photo C.K.

Mercredi, notre avant-dernière journée en Allemagne, on est parti en train pour Munich faire une visite du centre historique avec le Viktualienmarkt. Nous avons répondu à un petit questionnaire sur ce sujet. Nous sommes ensuite retournés au point de rendez-vous pour monter dans une tour haute de 13 étages pour voir Munich dans son intégralité. Nous avons eu un temps libre dans la grande gare de Munich avant de reprendre le train pour rentrer à la maison.


Le groupe lors d’une sortie - photo C.K.
Jeudi, dernier jour avant le retour en Moselle et dernières heures au Gymnasium, on a travaillé une dernière fois sur le projet avant la représentation. Nous avons eu cours jusqu’à 15h15 ce jour-là.


Petite initation au rugby - coupe du monde oblige - photo C.K.

Nous sommes retournés au Gymnasium à 18 heures, le temps de déplacer les tables, les chaises, préparer le tableau pour la représentation de la poésie, de deux façons très différentes : la façon « cours de français » ou le poème a été récité et la façon »moderne » ou cette fois-ci, le poème a été chantée en version rap. A la fin de la soirée d’adieu, nous avons chanté un petit chant, « Gib mir den letzten Abschießkuss ». Peu avant de partir à la fête entre correspondant(e)s, nous avons dit un petit mot de remerciement pour nous avoir donné la possibilité de faire ce séjour. Enfin, nous nous sommes tous de nouveau retrouvés pour faire la fête.

Vendredi, le jour du retour en Moselle. Nous nous sommes levés très tôt car notre train était... très tôt. Nous sommes partis de la petite gare d’Ampfing avec de (très) bons souvenirs à 5h50.
Le trajet à été le suivant :
- 1 DB Regio (d’Ampfing à destination de Munich)
- 1 ICE (de Munich à Mannheim) avec un retard de 20 vingt minutes. L’avantage avec le ICE, c’est que l’on pouvait voir à quelle vitesse on roulait. L’inconvénient, c’est que le train ne roulait pas à grande vitesse. Résultat : le train que l’on devait prendre est parti au moment où on arrivait à Mannheim.
- 1 train express (de Mannheim à destination de Sarrebruck)
- 1 TER (de Sarrebruck à destination de Sarreguemines)
- 1 TER (de Sarreguemines à destination de Metz-Ville)

Nous devions être à la gare de Metz-Ville à 13h38, mais le petit retard de 20 minutes s’est rapidement transformé en un gros retard de 2 heures. A la suite de ce problème, nous sommes arrivés à Metz aux alentours de 15h30. Le prochain rendez-vous avec nos correspondant(e)s sera en mars pour les accueillir en Moselle, dans nos familles.

Martin Dosda